21/09/2017

Bernard Smeets, T2 au Cercle de Bruges

Il est une figure connue en région liégeoise. Bernard Smeets (Rhéto 1992) est passé ces dernières années par le staff de Visé, Seraing ou encore du Standard. Après des expériences à Metz et au White Star, le Dalhemois officie depuis mai 2016 comme T2 au Cercle de Bruges. Il y a retrouvé, après quelques mois, la route d’un certain José Riga.

Capture d’écran 2017-09-21 à 09.14.01.pngBernard Smeets,comment avez-vous débarqué au Cercle de Bruges ?

Je suis arrivé via l’intermédiaire d’Eric Deleu, qui devenait directeur technique du club Capture d’écran 2017-09-21 à 09.11.30.png(NDLR : il a depuis démissionné). Je le connaissais de mon époque au Standard, où j’étais T2 de José Riga alors que lui entraînait les gardiens. Le staff devait être recomposé et j’ai saisi cette opportunité.

Quel rôle jouez-vous concrètement pour l’équipe ?

La saison dernière, j’étais à la fois adjoint et préparateur physique. Cette année, j’occupe juste le poste de T2 avec José Jeunechamps. Il analyse les forces et faiblesses de l’adversaire, tandis que moi je m’occupe juste de notre équipe. J’essaye de comprendre comment fonctionne chaque individu, afin de pouvoir extraire le meilleur de chacun. Je m’axe vraiment sur l’humain, au-delà de la tactique.

Le destin vous a de nouveau lié à José Riga depuis novembre 2016.On vous associe souvent à lui,c’est quelque chose dont vous aimeriez vous défaire ?

Pas spécialement m’en défaire, mais j’ai toujours eu une étiquette comme étant « l’homme de… ». Je ne suis pas l’homme de Riga, Quaranta ou Bodart. Je suis l’homme de la personne pour qui je travaille. J’ai mes idées et je ne suis pas toujours d’accord avec le coach. On en parle et on trouve une solution. Je reste en bons termes avec tous les coaches avec qui j’ai travaillé.

En mai dernier,l’AS Monaco est devenu actionnaire majoritaire du Cercle.Vous observez beaucoup de différences depuis ce rachat ?

Il y a le Cercle de Bruges d’avant et le Cercle de Bruges d’après. Avant l’arrivée de Monaco, lorsqu’on perdait on se disait que ça irait mieux la semaine suivante. Maintenant, ça doit aller mieux ! Il y a plus de pression sur le club tout simplement parce qu’il se donne les moyens pour retourner en D1A. C’est la place où doit se trouver le Cercle. Monaco pourra également mieux développer ses joueurs quand nous serons remontés. Il y a 24 nouveaux joueurs cette saison, il faut un peu de temps. Le projet est sur deux ans, mais plus tôt nous remonterons, mieux ce sera. Nous sommes autant voire mieux organisés que la plupart des équipes de la colonne de droite en D1A.

Quels sont vos projets à moyen terme ?Capture d’écran 2017-09-21 à 09.21.17.png

Pour le moment, je me sens bien à Bruges. Mais j’ai mes attaches en région liégeoise, c’est pourquoi l’étranger ne me fait pas rêver. Si je reçois demain une proposition concrète d’un club situé plus près de chez moi, pour devenir T1 ou T2, j’y réfléchirai… J’ai 43 ans et je me sens prêt pour prendre de l’expérience comme entraîneur principal. Je pense que je serai un bon manager pour tirer le meilleur de chacun.

Quels souvenirs gardez-vous de votre passage dans le staff du Standard, lors de la saison 2011-2012 ?

On avait réalisé un beau parcours en Europe cette saison-là. J’ai adoré cette expérience, c’est le club de ma région et l’un des cinq meilleurs clubs de Belgique. Je travaillais chez moi là-bas. On ressent une vraie pression à Sclessin ! Pour beaucoup de supporters, c’est leur vie. Tu sens que tu dois vraiment t’arracher pour les gens.

Comment analysez-vous leur situation actuelle ?

Ça choque de voir que le Standard n’est pas à sa place. Il y a eu beaucoup de changements à tous les niveaux depuis quelques années, il faudrait maintenant de la stabilité.

Vous avez intégré le staff de clubs wallons et flamands. Y a-t-il de grosses différences au niveau de la méthode de travail ?

Ce n’est pas vraiment la même mentalité. En Flandre, tout est axé sur l’organisation. Chacun respecte bien sa tâche. En Wallonie, on est plus mêle-tout. On s’emballe plus vite, on est plus émotif. Mais je pense qu’il y a du positif et du négatif de chaque côté, j’essaye en tout cas de m’inspirer des deux.

Pour terminer, pouvez-vous nous dire ce que vous aimez le plus et le moins dans votre métier ?

Ce que je préfère, c’est le plaisir que je prends aux entraînements avec les joueurs et le fait de se fixer sans cesse des nouveaux objectifs. Pour ce que j’aime le moins, je dirais que c’est lorsque certains joueurs comparent nos entraînements avec ceux du très haut niveau, alors qu’ils n’y sont jamais allés. Certains comparent ce qui n’est pas comparable. 

MAXIME HENDRICK dans LA MEUSE LIEGE et BASSE-MEUSE du 21 septembre 2017

09:27 Publié dans Carrières | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |

23/12/2016

Un jeune ancien à la Une

Yannick-2.jpg

Capture d’écran 2016-12-23 à 14.45.05.png

Commençons par le boulot : le cours de math est souvent le mal aimé, quel que soit le cursus suivi. Or, sans cette discipline, le monde ne tournerait pas rond et c'est pour cette raison que je souhaite transmettre ma passion au travers d'une approche ludique, explique Yannick tout fraîchement diplômé de l'Institut Sainte Croix de Liège où il a brillamment réussi après des études secondaires au Collège Saint Hadelin de Visé (Rhéto 2013).
Je souhaite vraiment ouvrir les jeunes étudiants à une autre perception des maths en leur présentant aussi le lien entre la théorie et la pratique au quotidien. Je table beaucoup sur la relation entre les élèves et moi sans pour autant jouer ami-ami ».
Ce jeune passionné de chiffres n'arrête pas de compter car depuis de nombreuses années, il est un acharné de tennis et ne ménage pas ses entraînements. « Cela peut aller jusqu'à
quatre fois par semaine auxquelles il faut ajouter une heure semaine de préparation physique pour reprendre les compétitions dès le mois de décembre. » S'il aime taper dans la balle, Yannick est impatient de transmettre sa passion des maths : « Ce qui me plaît, c'est me dire que durant les prochaines années, je vais apprendre tous les jours ce qu'est l'art d'enseigner et cela m'enthousiasme », termine notre jeune prof passionné de math et de tennis avant de se lancer à nouveau dans les compétitions.


0474231731
I. B. ( PROXIMAG Plateau de Herve - du mercredi 9 novembre 2016)

Capture d’écran 2016-12-23 à 14.44.35.png

14:54 Publié dans Carrières | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |

19/03/2014

Parcours d'un ancien: Aimé Xhonneux

Aimé Xhonneux (Rhéto 1970) rejoint Eurobitume en tant que Directeur Général

Aime.jpgBruxelles, le 1er septembre 2012 – Aimé Xhonneux a été nommé Directeur Général d’Eurobitume, l’association européenne des producteurs de bitumes.

Aimé est détaché du siège de TOTAL France et a quitté son poste de Directeur des Spécialités (Bitume, Marine, Aviation, LPG Fluides Spéciaux) de TOTAL Allemagne. Aimé est maintenant basé à Bruxelles où se trouvent les bureaux d’Eurobitume et il succède à Philippe Dewez, ex-Directeur Général d’Eurobitume.

L’Industrie européenne du bitume continuant d’évoluer, Aimé est appelé à jouer un rôle-clé en favorisant la communication entre les différents partenaires du monde du bitume – avec le puissant message que l’industrie va de l’avant avec confiance.

« Le bitume a des applications variées et est un matériau essentiel dans la construction et l’entretien des routes. Une mission-clé pour moi est de promouvoir l’utilisation efficace, efficiente et sûre des liants bitumineux en applications routières, industrielles et de construction, et de créer – au moyen d’une communication ciblée - une meilleure compréhension de la durabilité et des avantages de la performance opérationnelle de l’utilisation du bitume » a expliqué Aimé Xhonneux, Directeur Général d’Eurobitume.

Aimé a ajouté : « Tout ce que nous faisons se situe dans un contexte d’économie d’énergie, de réduction des températures et de continuité pour des pratiques exemplaires en ce qui concerne la santé et la sécurité »

Au cours de sa carrière, Aimé a joué un rôle important et actif dans le commerce-clé, les associations sectorielles et professionnelles, y compris l’ARBIT (l’Association de Bitume allemande) dont il a assuré la présidence ; l’Association des Lubrifiants en Allemagne (FSI) et le FGSV, une association dédiée à la recherche du trafic et des routes.

Aimé a commencé sa carrière professionnelle chez TOTAL Belgique, où il a occupé diverses fonctions avant d’être muté à TOTAL Allemagne et puis à TOTAL France. En 2006 il est retourné à TOTAL Allemagne et a également présidé le Directoire de Tyczka Totalgaz – une JV entre TOTAL Allemagne et Tyczka Energie - qui commercialise le LPG en vrac et en bouteille en Allemagne.

09:51 Publié dans Carrières | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |