13/02/2018

VAGABONDAGES EN IRLANDE D'UN DILETTANTE, EXCEPTIONNEL BUVEUR DE GUINNESS

COVER VAGABONDAGES EN IRLANDE.jpg

Notre ami Christian Spits nous informe de la parution de son nouveau livre intitulé

« Vagabondages en Irlande d’un dilettante, exceptionnel buveur de Guinness ».

Quand le choix d’un sujet de reportage audiovisuel évolue vers une passion, quand un dessein de carrière se devant structuré se transforme en une suite d’errances à la fois physiques ou oniriques, quand on en arrive à délaisser l’ambition d’enchaîner de multiples projets pour exclusivement se vouer à une thématique si proche, mais unique, au point de changer de modes d’expressions au fil du temps…
Au travers de quarante années de moments privilégiés, de bonheurs partagés avec l’Irlande et les Irlandais, par le biais d’anecdotes joyeuses, douces‑amères parfois, mais empreintes de poésie et foisonnantes de cette mystagogie à laquelle même d’irréductibles rationalistes ne tardent guère à succomber en Erin et qui reste éternellement ancrée dans les âmes et dans les cœurs, l’auteur vous propose de vivre en sa compagnie la MAGIE DE L’IRLANDE.
Prix : 23,00 €
 

11/04/2017

Un nouveau venu au CPAS de Dalhem

Alex Woos (Rhéto 1967) n’a jamais fait de politique de sa vie

Capture d’écran 2017-04-11 à 12.38.31.png

Il a été décidé, lors du dernier conseil communal à Dalhem, de remplacer Carine Laduron-Deleu au poste de conseillère au CPAS. Ce sera un homme, Alex Woos, qui prendra le relais. Rencontre avec ce nouveau-venu dans la sphère politique dalhemoise.  
Alex Woos s’apprête à devenir un membre actif au CPAS à Dalhem. Un nouveau défi pour cet ancien enseignant.  « Je suis né à Maastricht, aux Pays-Bas, le 17 juillet 1949 et j’habite actuellement à Warsage » , lance-t-il en guise de présentation, confirmant des informations envoyées par son collègue de parti, Loïc Olivier.  « Je suis licencié comme traducteur (anglais et néerlandais) de l’ISTI (institut supérieur de traducteurs et interprètes) à Bruxelles. Pour être précis, j’ai été enseignant durant 33 années à Eupen : j’apprenais l’anglais et le néerlandais à mes élèves ». 
S’il a accepté de travailler au CPAS, pour le compte du mouvement Renouveau, c’est parce qu’il estime qu’en tant que pensionné, il a une dette envers la société. Le CPAS lui semble ainsi une bonne manière d’acquitter celle-ci. « En fait, je suis pensionné depuis l’âge de 58 ans », reprend-il.  « Et, pour être honnête, je peux affirmer que je n’ai pas eu une vie professionnelle très compliquée. Certes, je ne m’intéressais pas, au départ, à la politique. Mais comme je n’ai pas de couleurs précises, je me suis dit que cela pourrait être intéressant de me lancer. Pour l’instant, je n’ai participé à aucun conseil du CPAS. Ce que j’attends avec énormément d’impatience, c’est de découvrir les problèmes au quotidien de certaines personnes et de pouvoir me concentrer sur certains cas ». 
Une chose est sûre, la culture de ce Dalhemois devrait l’aider à prendre les bonnes décisions.  « Je n’ai pas encore prêté serment, ce sera probablement pour le prochain conseil communal. Je dois en effet m’y rendre », ajoute-t-il avant de nous en dire davantage sur ses passions. « Mes hobbies sont variés : je suis moniteur de tennis et sauveteur. Je suis également passionné par la musique. Je joue d’ailleurs de la guitare, du piano et de l’accordéon. Je suis un vrai tintinophile. J’adore aussi les animaux et je lis beaucoup de livres sur l’éthologie, à savoir le comportement animal et humain. De surcroît, je suis un vrai sportif : outre le tennis, je pratique de la natation et cours des joggings ». 
On peut également affirmer qu’Alex Woos est un adepte de l’humour, ce qui est pratique en politique. « J’apprécie plus particulièrement l’humour anglais (Monty Pythons)  », conclut-il avec le sourire.
 
YANNICK GOEBBELS (Rhéto 2006) dans LA MEUSE BASSE-MEUSE du 7 avril 2017

15/02/2017

Anaïs Droeven, Rhéto 2001

Capture d’écran 2017-02-15 à 11.05.22.png

Cette semaine dans Flair, on vous disait de foncer au Colonel, tout nouveau resto bruxellois, qui met le bœuf de qualité à l'honneur. L'occasion de cuisiner sa boss, Anaïs, qui jongle entre vie de maman et job prenant.

Être une maman disponible, une nana bien dans ses baskets, tout en s'investissant professionnellement, c'est un exercice de haute voltige. Que certaines maîtrisent comme des chefs. Anaïs Droeven fait partie de cette bande-là. Ex-mannequin passée par la comm', et maman de deux petites filles, elle a ouvert le restaurant "Colonel" avec son conjoint, en décembre 2014.

Montrer à ses enfants que leur maman travaille est une forme d’éducation en soi. 

Un commandement pour rester "une bonne mère" quand on bosse 70 h/semaine?

"La base, c'est de savoir jongler avec un planning. Ensuite, il faut accepter de faire des sacrifices le temps qu’il faut. J'ai un rythme professionnel soutenu, mais je sais que c'est une période de ma vie. À part le travail et les enfants, pour le moment, je ne m’octroie pas beaucoup de sorties, mais je l’assume. Et puis, je suis d’une école assez pragmatique qui pense que montrer à ses enfants que leur maman travaille est une forme d’éducation en soi. C'est l’apprentissage par l’exemple: 'Maman bosse beaucoup, mais tu vois, ma petite puce, il faut beaucoup travailler si tu veux réaliser de belles choses, quelles qu’elles soient.' Chez nous, c’est assez studieux, l’air de rien, mais dans la bonne humeur et avec du plaisir." 

Ce qui se passe au resto, reste au resto!


Un commandement pour protéger son couple quand on bosse en duo?

"Ne pas importer les problèmes du boulot dans son ménage. Dans notre cas, ce qui se passe au resto, reste au resto. Essentiel aussi: se garder deux jours par semaine sans travailler, même si ce ne sont pas les mêmes jours que les autres… Pour vivre une vie de famille paisible et une vie de couple complètement normale. Concrètement, il faut savoir couper son téléphone, éteindre son PC et penser juste à autre chose qu’au boulot, devant un bon DVD, par exemple."

Avoir un état d’esprit positif face à la vie permet d’avoir les traits moins marqués, j'en suis convaincue.

Un commandement pour afficher une peau de pêche malgré les petites nuits?

"Je ne vais pas mentir, je suis fatiguée. Pour recharger mes batteries, j'abuse du thé, des tisanes et d'eau fraîche. Je conseillerais de s'oxygéner dès que possible, de dormir dès que faire se peut, mais surtout, d'avoir un état d’esprit positif face à la vie. Ça permet d’avoir les traits moins marqués, j’en suis convaincue!"


L'article ci-dessus de Lauranne Lahaye a été publié dans FLAIR le 10 février 2015. J'ajoute ce mot de la maman d'Ariane de ce jour sur son compte Facebook: "Oui Facebook merci de me rappeler qu'il y déjà 2 ans qu'Anaïs et Benoit ont ouvert leur fameux Colonel et continuent à agrandir leur famille...un bébé pour juillet! Pas de quoi s'ennuyer! Nous sommes fiers et admiratifs pour leur volonté et leur courage! Et super contents d'être encore un fois grands-parents!"